Du cœur à l’ouvrage : La Gazette n°5

EDITO : Week-end à Rome

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-p4o-editoLa conception de notre futur centre de vie paroissial a été confiée par Mgr Aumonier au Centro Aletti, de Rome, assisté du cabinet d’architectes Agape, basé à Paris. La mise en route de cette collaboration a eu lieu au cœur de l’été, du 18 au 20 août dernier. Nous nous sommes réunis à Rome pour travailler sur la forme autant que sur le fond de notre projet :
Sur la forme, il s’agissait de mettre sur pied un calendrier et des méthodes de concertation impliquant les nombreux acteurs de cette aventure, par-delà les distances, les contraintes administratives, et même les barrières de langue !
C’est le travail de fond qui nous a occupés pour l’essentiel, en alternant les visites de terrain et les échanges dans les locaux du Centro Aletti. Au Centro Aletti, le Père Rupnik et son équipe nous ont exposé la manière dont ils ont commencé à s’approprier notre cahier des charges, et les recherches sur l’architecture liturgique dans lesquelles ils veulent enraciner la proposition qu’ils nous préparent. L’objectif est qu’une esquisse concrète puisse être présentée en janvier prochain.du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-p4o-edito2
Notre bref séjour italien a donné une réelle impulsion à une collaboration qui désormais se poursuit à distance. Le prochain point d’étape est fixé : Cette fois-ci c’est le Père Rupnik et une partie de son équipe qui viennent chez nous, pour rencontrer notamment tous ceux d’entre vous qui le souhaitent mardi 29 novembre prochain au soir : Cette soirée ouverte à tous permettra de faire connaissance avec ceux qui vont bâtir notre centre de vie paroissiale, et de réfléchir avec eux sur les enjeux et le sens de la construction d’une église aujourd’hui. Sans doute une soirée à ne pas manquer !

P. Bruno VALENTIN

 

QUOI DE NEUF : ZAC de la Remise

Le 19 septembre 2016, le conseil communautaire de Saint Quentin en Yvelines, SQY, a approuvé à l’unanimité le dossier de réalisation de la ZAC de la Remise. Rappelons que la ZAC de la Remise est un espace de 9 hectares situé à Voisins entre le collège Champollion, la RD36 et le centre aquatique intercommunal. Une parcelle doit nous être vendue pour construire notre futur centre paroissial.
Cette approbation constitue une étape décisive et permet aux services de la SQY d’enclencher l’ensemble des études puis des travaux d’urbanisation pour permettre ensuite la construction de l’ensemble des équipements publics et privés.

Achat du terrain :

Un accord a été trouvé entre la SQY et l’évêché pour l’achat de la parcelle convenue, située à l’entrée du nouveau quartier au sud-est. Cette vente fera l’objet au préalable d’une promesse dont la signature sera conditionnée par le dépôt du permis de construire de notre futur centre paroissial. La vente définitive aura lieu une fois le permis de construire obtenu et le terrain libéré, car celui-ci est actuellement occupé par le Bicross de Voisins le Bretonneux. Bicross qui est prévu d’être déménagé à l’autre extrémité de la ZAC. En plus de l’obtention du permis de construire, de l’aménagement de la ZAC, cette libération du terrain de Bicross constitue une nouvelle contrainte qui conditionnera le démarrage de notre construction. A ce jour les services de la SQY envisagent une libération au plus tôt en septembre 2018, ce qui décale notre planning d’environ un an.

Conception du projet :

Les études de conception ont démarré avec comme objectif de délivrer une première esquisse en début d’année prochaine suivie d’une phase d’échange et de mise au point pour rentrer ensuite dans les études plus approfondies en vue de déposer le permis de construire fin d’année 2017.

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-planning

 

ZOOM SUR…

L’équipe en charge de concevoir et de réaliser St Joseph le Bienveillant est désormais au complet ! Après le choix du Centre Aletti, le cabinet d’architecte AGAPE a été sélectionné parmi 7 cabinets en compétition pour collaborer avec le père Marko Rupnik et son équipe, tout particulièrement pour la maitrise d’œuvre.

Rencontre avec les deux associés, Antoine Pelissier et Benoit Andrier.

Pourquoi avoir répondu à l’appel d’offre?

Nous avions entendu parler de ce projet depuis plusieurs années. En tant que architectes ayant déjà construit une église, en tant que catholiques et compte tenu de nos parcours, nous étions particulièrement motivés. Nous avons été surpris par le montage original proposé avec le Centre Aletti.
Intéressé par le travail avec le père Rupnik, nous ne voulions pas être les simples exécutants d’un projet dessiné par le centre Aletti… Bref, nous voulions faire ce que nous savons le mieux faire : notre métier d’architecte. Etre intégré à l’équipe du centre Aletti et participer avec eux à toutes les étapes du projet nous paraissait la condition indispensable pour garantir la continuité dans le projet et une belle harmonie. Pour notre plus grande joie, l’équipe du centre Aletti, de la paroisse et du Diocèse ont donné leur accord.

Comment vous abordez le projet en lien avec Aletti?

Aujourd’hui, nous avons déjà fait plusieurs rencontres avec le centre Aletti et nous nous enrichissons mutuellement.
Ce que nous apprécions particulièrement avec le centre Aletti, c’est la démarche recueillie proche de l’écriture de l’icône qui nous anime pour mener ce projet.
Le père Rupnik et son équipe insuffle une direction avec des bases théologiques et liturgiques fortes qui donnent la matière pour faire émerger une architecture.
Tout ce travail doit être soutenu par la prière des paroissiens.
Dans ces conditions, cette église sera, nous n’en doutons pas, réussie.

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-2

Ce que vous en dites…

Comment rêvez-vous le nouveau centre de vie paroissiale ?

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-56Nous rêvons d’un centre accueillant, qu’on ait envie d’y venir, de s’y recueillir, d’y prier. Nous souhaitons que la présence de Dieu y soit manifeste, Il nous attend pour que nous le célébrions. Qu’il soit visible sans ostentation ou provocation : le centre paroissial doit susciter et rappeler la spiritualité au cœur de notre société : un clocher et ses cloches qui sonnent les heures, qui appellent à la prière et bien sûr à la messe, nous rappeler que Dieu fait toujours le premier pas, qu’il nous appelle à venir le célébrer). Nous voudrions qu’il soit un catéchisme naturel (définition des volumes plaçant le Christ au centre, dans sa décoration, ses vitraux qui portent à la méditation, jeux des lumières)
Responsables de l’équipe liturgique, nous sommes sensibles à la beauté de la liturgie, en particulier de la messe. Les conditions doivent permettre aux individus de se rassembler en une assemblée, une église (ecclesia = assemblée) pour célébrer le mystère (à approfondir toujours plus) du sacrifice éternellement réactualisé du Fils s’offrant à son père pour nous. La beauté de la célébration (décoration florale, chants, rites, prières) ne doit pas être recherchée pour elle même ou la satisfaction de nos sens, mais bien pour la gloire du Père.
Nous l’imaginons aussi avec un parvis permettant de prolonger la vie fraternelle à la sortie de nos messes.

Qu’en espérez-vous ?

Trois clochers constituent une vraie limite de notre vie communautaire : chacun de nous risque de se sentir plus attaché à un clocher, qu’à la paroisse toute entière. Un centre paroissial, si ce n’est unique lieu de culte, du moins principal et central favorisera la constitution d’une vraie communauté plus soudée. Nous espérons que le nom de St Joseph le Bienveillant détrônera celui de Montigny-Voisins. La réunion des deux noms de villes manifeste le découpage géographique et administratif et peine à dire l’unité de la paroisse. Ce nom religieux manifestera à la fois notre être chrétien et notre unité ; l’adjectif « bienveillant » tracera pour nous un chemin d’imitation.

A quels changements le nouveau centre de vie paroissiale nous appelle-t-il ?

Il nous faudra inventer une nouvelle façon d’accueillir les paroissiens occasionnels, tous ces chrétiens qui entreront à l’occasion d’un mariage, d’un baptême, d’une première communion… C’est donc plus une exigence qu’une espérance : les nouveaux murs doivent nous conduire à une vie communautaire plus ouverte sur les « périphéries », sur des voisins ne fréquentant pas ou peu nos églises. De manière très concrète, un lieu de célébration principal doit nous pousser à penser aux personnes n’ayant pas de moyen de locomotion et qui se retrouveront éloignées physiquement. Il faudra probablement développer les co-voiturages, avec, espérons-le, des conséquences positives sur les relations fraternelles entre paroissiens. Des locaux annexes spacieux nous permettront d’inventer toutes sortes de moments de rencontre conviviaux, tant pour les jeunes que les moins jeunes.

 

Télécharger la Gazette en version PDF : Du cœur à l’ouvrage : La Gazette n°5

 

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-p1o

 

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-p2

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-p3

du-coeur-a-l-ouvrage-la-gazette-p4o

Related News

Comments are closed.