Du cœur à l’ouvrage : La Gazette n°3

encart-futur-centre-01

Edito

Peuple en marche

Bâtir un nouveau cœur de vie paroissiale implique une réflexion d’ensemble sur nos locaux, leur répartition et leur devenir. Autant de questions qui ne sont pas seulement immobilières : elles touchent au cœur même de notre identité chrétienne.

Le saviez-vous ? L’étymologie du mot « paroisse » renvoie à une idée de « campement provisoire ». Elle dit déjà la vocation profonde du Peuple de Dieu à être un peuple en marche, de campement provisoire en campement provisoire, pour aller là où l’Esprit le conduit. Mêmes nos églises millénaires ne doivent pas faire illusion : aucune de nos installations ne peut prétendre à être immuable !

Dans ce numéro de la Gazette, je souhaite faire avec vous le point sur ces changements à venir. Certains y adhéreront avec enthousiasme. D’autres s’interrogeront. D’autres encore auront un légitime pincement de cœur. Je pense en particulier à ceux d’entre nous qui ont mis tant d’énergie et d’inventivité, il n’y a pas si longtemps, pour construire Saint-Pierre du Lac. Je souhaite surtout que chacun comprenne que notre paroisse, en dessinant son nouveau centre, n’efface ni ne rature aucune des pages de son histoire, mais que ce nouveau projet prend au contraire appui sur tout ce qui a été vécu et bâti avant lui. C’est ensemble que nous pourrons trouver les voies de ce déploiement cohérent et harmonieux, alors prenons le temps d’en parler, entre nous et hors des limites de la communauté, à l’occasion des différents rendez-vous que nous avons pour cela d’ici l’été.

Bruno VALENTIN

 

QUOI DE NEUF

A quel saint nous vouer ?

A quel saint nous vouer ?A partir du 20 avril, proposez et défendez votre candidat ! Pour nous conduire à Lui, le Christ a eu ses champions qu’Il nous donne pour modèles. Chacun donne aux églises qui leur sont dédicacées une identité particulière. Dites-nous à qui vous souhaiteriez voir dédicacer la nouvelle église, argumentez votre choix, soit dans des bulletins qui seront mis à votre disposition dans les églises, soit sur le site internet. Vous avez jusqu’au 1er mai ! Les propositions seront partagées, débattues et votées lors de la marche paroissiale du 8 mai. A l’issue du pèlerinage, une liste restreinte sera proposée au conseil pastoral qui classera les 3 premiers noms et les proposera à l’évêque avant l’été.

Le week-end de la Pentecôte, soyons bâtisseurs d’Église !

Dans l’élan de l’année de la Visitation, notre temps pascal culminera dans une démarche missionnaire : nous partirons à la rencontre des riverains de la Remise, lieu de construction de notre futur centre de vie paroissiale, pour le leur présenter et recueillir leurs attentes. Une façon pour nous, au-delà des questions fonctionnelles de ce projet, d’en intégrer les enjeux spirituels en termes d’ouverture et de présence de notre communauté au cœur de la ville.

Concrètement, comment cela va-t-il se passer ?

Une lettre du père Bruno et une brochure sur le centre de vie paroissiale annonceront le passage d’un binôme de paroissiens dans la centaine de logements du quartier. Les paroissiens s’inscriront pour vivre un temps de visite à domicile au cours du week-end de la Pentecôte et suivront une formation pour s’y préparer. Ce temps sera pour nous une occasion exceptionnelle de vivre concrètement la « sortie » et la « rencontre » auxquelles le pape François ne cesse de nous inviter !

 

« L’Esprit Saint nous pousse à ouvrir les portes pour sortir, pour annoncer et témoigner la bonne vie de l’Évangile, pour communiquer la joie de la foi, de la rencontre avec le Christ ».
Pape François, Homélie pour la Pentecôte 2013

 

 

ZOOM SUR…

Une paroisse, combien de clochers ?

Le nouveau centre sera pour notre communauté un outil de rassemblement géographique et pastoral. Se posera donc la question de la proximité avec les différents quartiers qui composent la paroisse, ainsi que celle du devenir des locaux existants. Entre proximité et rassemblement, notre paroisse devra réinventer son équilibre de vie. Le Conseil Pastoral a été appelé à y réfléchir ces derniers mois, et à formuler des recommandations en fonction des enjeux d’accueil, de solidarité, de célébration et de réunion. Ses travaux ont permis d’aboutir à la perspective de rester une paroisse rassemblée autour de 3 clochers

Les églises anciennes de Notre-Dame et de Saint-Martin, parce qu’elles sont les lieux racines de nos communes, ont vocation à rester des lieux de prière régulière. La nouvelle église est appelée à s’inscrire dans la suite de l’église Saint-Pierre-du-Lac, qui ne demeurera donc pas en fonction. Les horaires de messe, notamment le dimanche, seront redistribués surement différemment d’aujourd’hui dans chacun des clochers.

Comme une famille qui change de foyer pour pouvoir s’agrandir, notre communauté vendra donc son église Saint Pierre, la seule dont elle soit propriétaire. 2 raisons principales conduisent à ce choix : au plan fonctionnel, c’est autour de 3 clochers que notre vie paroissiale semble trouver le plus facilement son équilibre ; d’un point de vue économique et financier, la vente de Saint Pierre permettra que les efforts réalisés il y a 20 ans pour sa construction soient valorisés et intégrés dans le projet actuel en participant de manière significative à son financement. Ainsi, ce nouveau centre s’inscrit dans la suite de Saint Pierre, comme une nouvelle phase du développement paroissial.

Pour ce qui est des autres locaux paroissiaux, le presbytère de Saint Martin sera également vendu, puisque les prêtres habiteront sur le site de la Remise. Les autres locaux de Saint Martin seront réduits, sans doute à une seule salle. Sur Voisins, les bâtiments de la rue Blaise Pascal seront conservés au service notamment du Club St Quentin.

Toutes ces évolutions ne pourront bien-sûr intervenir qu’une fois le nouveau centre entré en fonction. Elles s’inscrivent donc dans un horizon encore lointain, de 4 ou 5 ans. Il nous faut cependant y réfléchir dès maintenant, et imaginer ensemble les nouveaux modes de vie de notre paroisse.

programme pour la Gazette 3

Le programme (cahier des charges) sera disponible le 20 avril, venez en discuter le 8 mai lors de la marche paroissiale !

Contribuez à enrichir le programme qui sera soumis à concours d’architecte à l’automne prochain. Rendez-vous le 8 mai, lors de la marche paroissiale pour en discuter avec l’équipe projet. Et vous avez jusqu’à l’été pour apporter vos commentaires sur le site internet de la paroisse.

 

 

Ce que vous en dites…

Ségolène et Edouard Nègre, 38 et 39 ans, 15 ans de mariage, paroissiens depuis 14 ans.

Ségolène et Edouard Nègre, 38 et 39 ans, 15 ans de mariage, paroissiens depuis 14 ans.

Responsables de l’équipe liturgique, Ségolène et Edouard Nègre, nous partagent leur rêve de centre paroissial.

Comment rêvez-vous le nouveau centre de vie paroissiale ?

Notre rêve ? Une église grande, belle, visible, lumineuse ! Notre communauté entière y formerait une grande assemblée de fidèles pouvant prier tous ensemble. Nous pourrions y déployer la liturgie dans toute sa richesse et sa diversité, et chacun y aurait sa place : musiciens, servants d’autel, chorale, enfants et adultes, valides et handicapés…

Nous rêvons d’un lieu qui invite à la prière, qui facilite la rencontre du Christ : à la fois sobre comme Son humilité, et majestueux comme l’infini Amour de Dieu.

Ce lieu sera le cœur de notre vie paroissiale, le lieu privilégié de notre messe dominicale, source et sommet de notre vie chrétienne. Nous le rêvons accueillant, adapté à notre communauté, à nos besoins. Tout en étant bien visible et ouverte sur l’extérieur, notre église inviterait au recueillement et inspirerait la paix.

Qu’en espérez-vous ?

Aujourd’hui, sur nos trois clochers, c’est chaque WE : 6 messes, 6 responsables de messe, 6 animateurs de chants, 6 à 10 instrumentistes, 18 lecteurs, 4 équipes de servants d’autel… et le dévouement sans limite d’une responsable planning qui ne compte pas ses efforts pour que toutes les messes finissent (presque) toujours par être animées (un grand merci à Claire Laplane !). Tout cela représente tant d’énergie monopolisée pour la seule liturgie… c’est beau mais peut-être un peu disproportionné quand tant de services paroissiaux ont besoin de renfort ! Quant à devoir transformer le gymnase des Pyramides ou la ferme du Manet en lieux de prière afin de pouvoir réunir (presque) toute la communauté à la Vigile Pascale… Oui, vivement la grande église qui permettra de déployer cette énergie plutôt dans l’accueil, l’ouverture et la vie fraternelle.

Nous espérons donc en premier lieu une église grande, pouvant accueillir dans de bonnes conditions tous ceux qui souhaitent venir y célébrer. Qu’elle permette de bien voir, bien entendre, pour que tout membre de l’assemblée puisse participer à la beauté de la liturgie. Nous espérons par ailleurs qu’un bel orgue, facilement utilisable par une équipe de quelques paroissiens, dispensera les animateurs liturgiques d’une recherche de musiciens souvent laborieuse. Quelle joie alors d’enrichir notre liturgie, en certaines occasions, en rassemblant les talents musicaux de la paroisse, plutôt qu’en les dispersant dans nos 6 messes hebdomadaires.

A quels changements le nouveau centre de vie paroissiale nous appelle-t-il ?

Habitués à notre cher petit clocher de Saint-Martin où nous avons vécu de belles étapes, où nous aimons nous rendre à pied, goûtant chaque dimanche les longues retrouvailles et conversations fraternelles sur le parvis, dans une atmosphère familiale… nous ne quitterons pas sans regret cette petite messe dominicale dans l’église du village ! Mais si c’est le prix à payer pour pouvoir ouvrir grand les portes de notre Eglise : accueillir largement, célébrer et prolonger la rencontre par des temps conviviaux dans des lieux adaptés, alors oui… nous enfourcherons avec joie nos vélos pour rejoindre une grande église qui pourra nous rassembler, communauté unie, vivante et accueillante.

 

 

Related News

Comments are closed.