En route vers Pâques (2)

Careme texte

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus prit avec Lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et Il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; Son visage devint brillant comme le soleil, et Ses vêtements, blancs comme la lumière.

Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec Lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus :
« Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si Tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour Toi, une pour Moïse, et une pour Élie. »

Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait :
« Celui-ci est Mon Fils bien-aimé, en qui Je trouve Ma joie : écoutez-Le ! »

Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit :
« Relevez-vous et soyez sans crainte ! »
Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon Lui, Jésus, seul.

En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre :
« Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

– – – – – – – – – – – – –

Lire – Prenons le temps de lire l’intégralité du texte de Mt 17, 1-9.

  • Vue d’ensemble

L’expérience particulière que vont vivre Pierre, Jacques et Jean se situe dans le con­texte de la première annonce de la Passion et des conditions qui en décou­lent pour suivre le Christ. Jésus se révèle à eux sous un aspect inhabituel : cette métamor­phose est associée à la vision de Moïse et d’Élie, figures de la Loi et des Prophètes qui rendent té­moignage à Jésus. Notons la réaction des disciples entre joie et frayeur. La nuée, rappel de l’exode, vient, comme au baptême, af­firmer l’identité de Jésus comme le Fils bien-aimé. Enfin, Jésus invite Ses disciples à ne pas parler de cette vision, à savoir patienter pour en saisir toute la portée après Sa ré­surrection, et à ne pas en rester à des impressions qui ne rendraient pas compte de la véritable signification de ce qu’ils viennent de vivre.

  • Focalisation : « Son visage devint brillant comme le soleil, et Ses vê­tements, blancs comme la lumière. »

 

Méditer Lors de cet épisode singulier, Jésus prend à part ceux qu’Il a choisis pour Se manifester à eux sous une forme radicalement nouvelle. Cet aspect qu’Il dévoile de Lui-même correspond en réalité à Sa véritable identité, Il se dévoile tel qu’Il est. Son visage devient brillant comme le soleil. Ce visage de Jésus que les disciples pensent bien connaître se manifeste tout autre. Ce visage qui té­moigne de l’identité de la personne, ce par quoi Il est reconnu et identifié, rayonne d’une lumière inconnue et inaccessible. Il en est de même pour Ses vêtements, signe de Sa relation avec ceux qui L’entourent qui se trouve également radicalement transformée. Seule la foi leur permettra d’aller au-delà des apparences.

Mettre en pratique – Nos relations humaines commencent par ce que nous donnons à voir de nous-mêmes. Notre visage révèle notre identité et ma­nifeste nos sentiments. Nos vêtements envoient un signal de la manière dont nous désirons apparaître et entrer en relation. Mais quel regard posons-nous sur les vi­sages qui nous entourent ? Un regard de foi peut-il nous faire aller au-delà des appa­rences et du vêtement pour discerner la réalité de l’image et de la ressemblance de Dieu qui se cache derrière tout visage humain ? Poser un regard de foi sur un visage conduit à une attitude de bienveillance qui dépasse les apparences. Savoir regarder toute personne comme Dieu nous regarde peut constituer un beau chemin de con­version.

Comments are closed.