Echos d’une visitation

Du 2 au 7 juin derniers, 2 sœurs Clarisses ont arpenté les rues de notre paroisse en témoins du Christ Pauvre, se laissant guider par leurs rencontres, même pour manger et pour dormir.
De retour dans leur monastère de Cormontreuil, elles nous adressent ce message :

Soeurs clarissesMontigny et Voisins, « Terre bénie de Dieu ! »
J’ai aimé circuler en tes murs, m’asseoir sur tes bancs, jouer avec tes enfants.
J’ai aimé ton soleil et tes sourires, tes rollers et tes églises.
J’ai aimé tes (quelques) anciens et tes jeunes, tes aides-maternelles innombrables, tes petits de tous coloris et tes grands de toutes confessions.
J’ai apprécié l’écho de tes multiples salutations.
Je me suis émerveillée devant la prévenance de tes fils et de tes filles devançant les besoins de ses hôtes de passage.
Je me suis réjouie du bonheur unanime qu’éprouvent ceux que tu héberges.

Au creux de l’oreille, j’ai aussi entendu tes questions, tes souffrances, tes malades et tes maladies, tes peurs pour l’avenir, tes tentations de repli, tes difficultés de t’ouvrir …

Et toi, communauté chrétienne qui récemment sortie en Visitation auprès des tiens, cette semaine à ton tour, tu fus visitée. Et moi, ton hôte, je m’interroge : « Terre bénie de Dieu ! Dieu t’aurait-il choisie comme laboratoire d’espérance pour le monde ?

Pour être témoin d’un avenir pour tous ; pour faire naître de toi une humanité nouvelle où tous sont pareillement frères, où les couleurs et les traditions sont occasions d’échange et source d’émerveillement, où le pauvre et le riche partagent joies et peines, où les croyants de toutes confessions font grandir la PAIX et l’AMOUR par leurs rencontres et leur bienveillance mutuelle … »

Ce genre d’humanité nouvelle enfouie au cœur de ta terre, à Montigny et Voisins, puisse l’Esprit te souffler comment l’arroser et toi, ami de Dieu, ne pas lui refuser ton audace et ta Foi !

Dieu t’a choisie, avec St François, il t’envoie :
« Evangéliser un homme, vois-tu, c’est lui dire : Toi aussi, tu es aimé de Dieu dans le Seigneur Jésus. Et ne pas seulement le lui dire, mais le penser réellement. Et  pas seulement le penser, mais se comporter avec  cet homme de telle manière qu’il sente et découvre qu’il y a en lui quelque chose de sauvé, quelque chose de plus grand et de plus noble que ce qu’il pensait, et qu’il s’éveille ainsi à une nouvelle conscience de soi. C’est cela, lui annoncer la bonne nouvelle. Tu ne peux le faire qu’en lui offrant ton amitié. Une amitié réelle, désintéressée, sans condescen­dance, faite de confiance et d’estime profonde. Il nous faut aller vers les hommes. La tâche est délicate. Le monde des hommes est un immense champ de lutte pour la richesse et la puissance. Et trop de souffrances et d’atrocités leur cachent le visage de Dieu. Il ne faut surtout pas qu’en allant vers eux nous leur apparaissions comme une nouvelle espèce de compétiteurs. Nous devons être au milieu d’eux les témoins pacifiés du Tout-Puissant, des hommes sans convoitises et sans mépris, capables de devenir réellement leurs amis. C’est notre amitié qu’ils attendent, une amitié qui leur fasse sentir qu’ils sont aimés de Dieu et sauvés en Jésus-Christ. »
Extrait de Sagesse d’un pauvre d’Eloi Leclerc (OFM)

En toute amitié !

Sœur Sabine
Fête du Sacré Cœur, 12 juin 2015, Cormontreuil

Pour mieux connaitre les clarisses de Cormontreuil : cliquez ICI !

 

Comments are closed.