L’année Saint Louis : les fruits, les temps forts

Saint Louis 

– Quel regard portez-vous sur cette année jubilaire Saint Louis ?

Elle a d’abord été l’occasion de fêter le saint patron de notre diocèse, suite au synode diocésain sur le baptême. Là, les chrétiens très différents de notre diocèse ont certainement grandi dans leur conscience d’un but commun, qui est la Maison de notre Père du ciel, et d’une source commune, qui est notre baptême ! Mais la personne de saint Louis dépasse le cadre de l’Église. Et il a été très intéressant de voir comment le monde civil a commémoré ce 800° anniversaire, au début avec prudence, puis en l’assumant de mieux en mieux. En préparation de 2014 par exemple, ce sont des chrétiens de Poissy qui ont dû demander l’inscription de cet anniversaire à l’agenda des commémorations nationales. Dans le courant de l’année, plusieurs colloques universitaires ont eu lieu à son sujet, le premier d’entre eux, en mars, étant initié par notre diocèse. Mais à la fin de cette année, la très belle exposition sur saint Louis qui vient d’être inaugurée à la Conciergerie montre que celui-ci a toujours toute sa place dans notre histoire officielle et dans nos mémoires !

– Quels en sont les fruits ?

colloque Un des principaux fruits est sans doute cette conscience renouvelée que la vie toute entière est un pèlerinage, pour nous comme pour saint Louis ! Le fait même de se mettre en route à plusieurs, en paroisse, aumônerie, mouvement ou école permet d’expérimenter le soutien que l’on peut apporter ou recevoir de ses frères qui sont eux aussi en marche vers le même but. Par ailleurs, je pense que beaucoup ont découvert la place incroyable de la Parole de Dieu et de la prière dans la vie de saint Louis. Qu’un homme avec de telles responsabilités choisisse de donner autant de temps à la prière ne peut qu’être un puissant stimulant pour notre propre décision de prier !

– Quels sont les temps forts qui ont retenu votre attention ?
« Enluminure originale d’Elisabeth Baillié – tous droits réservés »
Un moment très particulier a évidemment été la venue de la Sainte Couronne d’Épines, rapportée en France par St Louis, et venue une journée entière sur le lieu de son baptême. Les foules considérables ont bien montré par leur présence ce jour là que les chrétiens, au delà de la personne de saint Louis, cherchent à être plus proches du Christ qui est mort et ressuscité pour nous ! De manière différente, le colloque universitaire de mars était très important pour resituer scientifiquement saint Louis dans le contexte religieux de son époque. La télévision (messe et émission « secrets d’histoire ») ont permis de toucher le plus grand nombre. Le Son et Lumière toujours proposé dans la collégiale permet une approche plus culturelle de saint Louis. Mais ce sont surtout les pèlerinages ininterrompus qui ont formé ensemble un tableau très complet de l’Église en marche : les pèlerinages des malades, des paroisses ordinaires, des scouts, de communautés traditionnelles ou nouvelles, des hommes politiques, des migrants, des écoles, cela n’est pas passé inaperçu dans Poissy …

– Quelle suite proposez-vous ?

Pour la suite, notre évêque a annoncé une visite pastorale dans les 2 ans qui viennent pour nous encourager dans la mise en œuvre des conclusions du synode. Cela concerne tout le monde. Pour la paroisse de Poissy spécifiquement, cette année de décentrement de nous-mêmes et de redécouverte de saint Louis nous invite sans doute à voir comment nous pouvons l’intégrer dans les différents aspects de la vie paroissiale ordinaire, dans la préparation au baptême ou au mariage, ou dans la catéchèse ou la rencontre des autres religions, puisque ce sont des réalités du chrétien que saint Louis a lui-même vécues !

P. Eric COURTOIS

Curé de Poissy

Related News

Comments are closed.