Pèlerinage Assise-Rome 2016

peletest

Avec St François, nous entrons par la petite porte !

 

Deux bus partent lundi matin, l’un de Montigny, l’autre de Voisins (69 personnes, les autres nous rejoignant sur place. 96 pèlerins au total, de 7 à 87 ans dont 19 enfants de 7-16 ans, nos trois prêtres et le frère Eric Bidot, capucin, provincial de la province de France.

Matériel du pèlerin : Foulards rouges et 2 livrets, l’un pour les chants et prières, l’autre pour la culture spirituelle et la méditation : recueil riche, vivant, illustré, bourré de textes de référence, nous donnant à voir le fil rouge de ces jours privilégiés, nous invitant à la méditation par une place toute particulière faite aux temps de relecture quotidienne.

Le Père Bruno ouvre le pèlerinage : c’est la liturgie (laudes, messe, vêpres) qui en fera l’unité. Et à nous de faire œuvre de miséricorde les uns pour les autres : à 96, c’est un beau programme !

Après une journée à dominante aéroports et bus, avec une pluie d’arcs en ciel sur le trajet entre Rome et Assise,

arc-en-ciel-pelerinage

premier contact avec Assise et véritable entrée dans le pèlerinage à Notre Dame des Anges.

 

PELE J1

Comme un écrin pour un joyau, cette vaste Basilique enserre une minuscule chapelle, la portioncule. Du temps de Saint François, c’était une très vieille chapelle à l’abandon dédiée à la Vierge, au milieu des bois. François tomba amoureux de ce lieu y résida et en entreprit la réparation. Il aima toujours cet endroit et demanda à y mourir. Elle est depuis restée la « maison de famille» des frères franciscains.

porte de la Misericorde

Nous y pénétrons en silence, franchissant la première porte de la miséricorde du pèlerinage.

 

Ce long voyage et ce passage, pour qui ? Pour quoi ? C’est dans la prière que chacun relit sa démarche.

 

 

 

Arrivée à notre hébergement dans les hauteurs d’Assise, un délicieux repas « d’agencement » local.

 

 

Quelques commentaires à chaud :

« Impressionnée par la simplicité et la petitesse de la portioncule à l’intérieur d’un immense espace, et alors que les chapelles autour sont très chargées » ; «très émouvant ! » ; « J’étais dans l’agitation jusqu’au moment où j’arrive à la portioncule : moment de paix, de calme. Vraiment le début de notre pelerinage ! » « Première porte de la miséricorde cochée ! » « Climat de paix » ; « Magique cette chapelle dans la basilique ! »

Dépouillement

 

9h30 le groupe est enfin complet ! Chaussures au pied, soleil au rendez-vous, brume dans la vallée et sourire aux lèvres, nous voilà partis pleins d’allant pour Saint Damien, lieu de l’appel de Saint François.

1205 : François a 23 ans, il prie dans cette petite église. Le crucifix qui domine l’autel répond à sa prière : « François ne vois-tu pas comme ma maison tombe en ruine. Va donc et répare-la moi ! »
8croix de ST Damien- basilique Ste Claire

François crut qu’il s’agissait de la chapelle. Il comprit bien plus tard que c’est l’Église que le Christ lui confiait. (Nota : 10 ans après ils seront 5000 frères !).

 

Saint Damien, c’est aussi dans ce lieu, au milieu des champs d’oliviers, à flanc de montagne, que François a installé Sainte Claire. Nous découvrons la forte personnalité et le courage de cette femme, face à la maladie, aux épreuves et aux pilleurs ! Elle sera la première à obtenir du pape le « privilège de la pauvreté » : fonder un ordre de femmes sans garanties de ressources. Nous sommes touchés à la fois par le charme du cloître et la pauvreté du dortoir qui a abrité Claire et ses sœurs dans le plus grand dénuement pendant 41 ans. Malade, épuisée, elle prononce ces derniers mots : « béni-sois-tu Seigneur de m’avoir créée, toi qui es la source de toute mon espérance. »
Dans son homélie, Frère Eric nous donne trois balises :
7Sainte-Claire

Sainteté, « La mesure de la sainteté est donnée par la stature que prend le Christ en nous » ( Benoit XVI),

Bâtisseur, nous allons bâtir une église, ne nous arrêtons pas aux murs, à l’exemple et par l’intercession de St François « demandons la grâce d’être soi-même en mouvement d’évangélisation.
Pardon, vivons du pardon reçu et donné sinon c’est la pourriture et le non-être qui l’emporte ! Laisser Jésus nous dilater le cœur en vivant le pardon simplement, comme venant de Dieu lui-même.

Nous n’imaginions pas que le fameux cantique de frère Soleil avait été composé par un François en fin de vie, perclus, presque aveugle, seul dans une cabane de roseaux, abattu par la fièvre et tourmenté par les mulots, mais qui avait une relation à Dieu si intime que chaque heure de sa vie, en toute situation n’était que louange.

 

L’après midi, découverte du cœur d’Assise, une ravissante ville moyenâgeuse à flanc de colline, très bien préservée, avec des tons de pierre très doux, nous avons l’impression de marcher dans les traces des pas de François.
4rueAssise

Les commentaires de Frère Eric devant Saint Ruffin, sous la pluie, sont passionnants, il nous raconte la genèse et les conversions de St François. Dans cette église se trouve le baptistère où le petit Jean a été présenté au baptême par sa mère. C’est son père revenant de faire ses affaires en Provence, qui décide de le nommer François, alias « petit français », en reconnaissance de son succès commercial.

François est issu d’une famille aisée, d’un père drapier, il est appelé à lui succéder, mais en quelques années, il passe de la maison familiale au service des lépreux, au dénuement et à la pauvreté pour vivre radicalement l’Évangile du Christ. C’est ce qui a été illustré par toutes les visites de la journée et notamment :

-nous avons en particulier eu la chance de pénétrer dans la salle du dépouillement à l’intérieur de l’évêché, salle qui a été ouverte à un pape pour la première fois le 4 octobre 2013, pour le pape François et dans laquelle il a fait un discours sur le dépouillement. Dans cette salle une fresque de Giotto illustre la scène dans laquelle François se dépouille physiquement de tous ses vêtements pour les rendre à son père en renonçant à tous ses droits d’héritier ;

10depouillement de St Francois IMG_6460

– cet épisode nous est commenté en français par l’évêque d’Assise, Mgr Domenico Sorrentino qui nous a reçu dans sa cathédrale. 9a-l-eveche

Il nous a aussi enseigné avec beaucoup de bonhommie, habité par une vraie passion pour François, comment le dénuement est un chemin d’Église qui met en mouvement. C’est dans cette salle que tout a commencé pour François, c’est sa salle du cénacle de la Pentecôte.

 

Quelques témoignages saisis à la volée :

« Au-delà de la beauté des lieux nous avons beaucoup apprécié les interventions du frère Eric qui nous ont permis de mieux comprendre les points saillants de la vie de François. Quelle chance de faire ce pèlerinage avec un frère capucin, nous faisant entrer dans toute la spiritualité de François »

« Dans notre vie de tous les jours, est-ce que l’on est prêt à lutter contre ce qui est superficiel ? et plus radicalement à changer d’essentiel : laisser grandir le Christ en nous pour qu’il prenne toute la place ? Ce temps de pause peut nous permettre de mieux identifier comment se débarrasser (se dépouiller) de tout ce qui n’est pas indispensable aux yeux du Seigneur. »

« Ce qui m’a marqué lors de mon passage à Saint Damien, c’est l’harmonie des lieux, un sentiment de quiétude et de douceur. »

« j’ai ressenti de la compassion pour le père de François qui n’avait pas compris comment faire le bonheur de son fils. Cela peut nous interpeller, nous, parents d’aujourd’hui, quel bonheur voulons nous pour nos enfants ?

Assise de l’intérieur

Assise0

De bon matin, après avoir traversé d’est en ouest la ville d’Assise, nous découvrons la basilique Saint François, qui se dresse isolée, majestueuse, sur un rocher à l’extrémité de la ville.

BasiliqueSFdA1
François avait tellement marqué ses contemporains que sa sainteté apparaissait évidente. Dès sa mort (le 4 octobre 1226), les frères conservent pieusement le peu d’objets qui lui ont appartenu (un cilice, une tunique,..) et lancent la construction de la Basilique qui abritera son corps. Elle sera une immense action de grâce pour toute l’Église.

tombeauSFdA4

Le Père François (le nôtre !) célèbre au pied du tombeau du Saint et nous invite à nous imprégner de la radicalité de l’Évangile et à en vivre à la suite de son saint patron. Les jeunes servants d’autel sont très émus et impressionnés par cette célébration.

La basilique Saint-François est étonnante par ses superpositions : crypte avec le tombeau de Saint François, basilique inférieure, basilique supérieure, avec des accès extérieurs aux différents niveaux.

crypte-tombeauSFdA3

Elle est en forme de tau avec une unique nef et un transept. Le tau est une lettre des alphabets grec et hébreu.
TauSFdADans le livre d’Ézéchiel (9), c’est la marque du sceau de Dieu sur les siens, repris aussi dans l’Apocalypse. Signe distinctif des franciscains comme marque du baptême, des sauvés, de la conversion, on le retrouve aussi dans la forme de la tunique de Saint François qu’on a vue parmi d’autres reliques.

La basilique inférieure est entièrement décorée de fresques qui, pour beaucoup, mettent en parallèle des scènes de la vie du Christ et des scènes de la vie de St François qui a vécu en conformité avec le Christ. Par exemple, le dépouillement de François et le dépouillement de Jésus au pied de la croix.

BasiliqueSFdAinf2

Dans la Basilique supérieure, de part et d’autre de la nef, comme une immense bande dessinée, Giotto illustre en 28 fresques, des épisodes de la vie de St François : la voix du crucifix de St Damien, la nuit de Noël à Greccio, le sermon aux oiseaux …

Même si la basilique garde les marques du tremblement de terre de 1997, les couleurs des fresques sont superbes, et leur force symbolique perdure.

Le groupe des enfants et quelques adultes sont allés rencontrer une jeune clarisse au monastère français. Sœur Thérèse Myriam y vit depuis 15 ans. Les questions des enfants sont très spontanées : « c’est vrai que vous ne sortez jamais d’ici ? »
« Que faites vous le matin ? »
-« On se lève à 5h30, suivent une première prière, puis une deuxième, puis la messe et le petit déjeuner, et alors ça fait du bien, oui, de le prendre ! »

Chaque jour des mini-méditations introduisent des interventions du frère Éric. Elles ont été préparées par plusieurs d’entre nous, à partir d’un mot, sur des thèmes comme engagement, le service et l’église, pèlerin, discernement, fidélité,….

Le magnifique soleil de cette journée est une invitation à monter à l’ermitage des Carceri. Le Père Bruno, en tête, entraine d’un bon pas ses paroissiens. Quatre kilomètres plus loin, fatigués, essoufflés, suants mais joyeux nous voilà arrivés dans ce lieu de silence où l’on entend les oiseaux chanter dans la montagne.

ermitage-carceri5

Dans ces bois, dans ces grottes et ces abris dans les rochers, François et ses compagnons ont souvent et longuement prié, la solitude et le silence ont comblé leur soif de la présence de Dieu. Il nous est donné de pouvoir vivre nous aussi cette expérience pendant un moment.

meditations6

Les frères ont aussi appris à vivre en ermitage, mais jamais seul, et à respecter les premières règles de vie que repérait François, comme par exemple : à la fois, savoir demander, savoir donner, savoir laisser la liberté d’agir. Il renvoie beaucoup à l’action du Seigneur en chacun.

Au terme de cette journée, chacun redescend à son rythme vers Assise
chapelle- hotel-domus-laetitiae-Assise7
et la prière de Saint François peut jaillir dans nos cœurs :

 

 

 

Avec Saint François et toute l’Église,

Louons le Seigneur!

PriereSFdA1

La Sainteté contagieuse

Départ d’Assise pour découvrir les ermitages que Saint François a créés et dans lesquels il a vécu et saisir son état d’esprit. Nous allons vers la vallée de Riéti, aussi surnommée la « vallée sainte » a cause des ermitages franciscains. Ces ermitages sont restés très primitifs et transmettent encore cette atmosphère des débuts à qui sait y venir dans le silence. Au long des siècles, ils ont été fréquentés par les saints et les réformateurs de l’ordre ; ils sont encore habités aujourd’hui et considérés comme des lieux de ressourcement pour les Frères et les pèlerins..

 

???????????????????????????????

D’Assise à Rieti on traverse une série de villages qui ont fait germer un grand nombre de saints : Sainte Rita de Cascia, Sainte Angèle de Foligno, :Saint Benoit de Nursie et sa soeur Sainte Scholastique . Aujourd’hui encore la piété populaire est très forte pour ces saints et fait partie du dynamisme des chrétiens italiens. « En France ce coté incarné de la dévotion s’est perdu, sauf à Lourdes » nous explique le père Bruno.

1ermitage-Greccio

Nous arrivons à l’ermitage de Greccio, l’un des 4 de la vallée de Rieti, il faut s’imaginer une petite grotte puis des chapelles ermitages creusées dans le roc à flanc de montagne, qui se sont étendues petit à petit. Des cellules minuscules, un mini-réfectoire, un mini-oratoire, une mini chapelle, tout est à la taille des 5/6 frères au maximum qui peuvent vivre là ensemble. François y avait établi un ermitage permanent.

enfants-pélé à Greccio

2ermitage-Greccio

 

 

 

 

 

 

Mais Greccio est surtout connu pour être le lieu de la première crèche:

crèche de Saint-François avec Marie allaitant dans son ermitage

Le regard est très important dans la théologie franciscaine, notre regard a besoin d’être guéri. François veut voir les conditions dans lesquelles le Fils de Dieu est vraiment né petit homme. Il fait reconstituer en 1223 la naissance de Jésus, c’est la première crèche. Greccio est non seulement le « Bethléem franciscain » mais un nouveau Bethléem pour toute la chrétienté, la tradition de la crèche permettant à chacun de contempler la pauvreté du Fils de Dieu, et comment toute la gloire réside dans ce qui est méprisé. C’est le même mouvement d’humilité qui se manifeste dans l’eucharistie : Dieu s’abaisse à descendre entre les mains du prêtre pour être dans une hostie.

 

2jeune-et-ancien

Et le climat participe aussi à l’évocation de Noël : il neige pendant que nous déjeunons avec vue sur les Apennins, alors que nous sortons de la douceur des ruelles d’Assise !

8dejeuner de noel sous la neige-Greccio

Nous arrivons dans un autre sanctuaire : celui de la Foresta. François y séjourna et y fut « opéré » des yeux, c’est-à-dire cautérisé au fer rouge ! Aujourd’hui il abrite une communauté qui offre à des jeunes ayant eu des problèmes avec la drogue une chance de pouvoir changer de vie. Trois jeunes de cette communauté, Francisco, Mirko, Pier Paolo nous présentent le sanctuaire, leur vie, répondent à nos questions.

MondoX est le nom de cette communauté fondée par le Pere Ligio, franciscain, dans les années 70. Ayant fait des recherches sur l’impact déstructurant des nouvelles technologies sur le comportement, Il avait eu l’intuition d’ouvrir un accueil téléphonique d’écoute et de soutien, 24h/24 quel que soit le motif, et s’était vite rendu compte que le problème  de la drogue était omniprésent. Pourquoi X ? X est le symbole algébrique de l’inconnue, mais là il s’agit de l’inconnu que nous portons en nous même. La méthode est radicale : faire faire aux jeunes l’expérience d’un ancrage durable dans une communauté fraternelle cloitrée, avec des temps de prière quotidiens, axée sur le travail de la terre ou l’élevage, leur faire pleinement confiance pour se mettre au service des autres et accepter de vivre de la providence : cela peut faire des miracles. ! Pier Paulo dit « quand quelqu’un vient sonner à notre porte, je donne le plus possible car je sais que la providence me donnera plus »
« Et donc vous êtes tout seuls ?
– non, on n’est pas tout seul, on est avec Jésus ! »

Témoignages :


– « J’ai été très touché par le témoignage de ces jeunes et j’ai vu là à l’œuvre la parole de saint Jacques d’hier »
– « l’église de Greccio est très simple et belle, la messe était très priante Les crèches de tous les pays exposées juste à côté et en mezzanine changeaient complètement l’atmosphère !»
Eglise de Grecciocrèche dans église de Greccio

-« Aider les plus pauvres, c’est le principe de subsidiarité : faire qu’ils soient les protagonistes de leur propre bien et des gens autour d’eux. En plus ils ne se présentent pas comme de bons Chrétiens mais comme en chemin, et donc proches de ceux qui ont besoin d’un secours en rejoignant la Communauté Mondo X ! »

 

Rome, les portes saintes

Après avoir été plongés pendant 4 jours dans la vie de St François « icône du Christ, de la joie, de la pauvreté intérieure » (Benoît XVI) et avoir goûté à la paix et la sérénité d’Assise, voici que notre pèlerinage se poursuit vers Rome qui, nous le sentons, sera d’une autre dimension.
Le Père Bruno anticipe nos questions : Rome représente l’universalité de l’église, et nous passerons les 4 portes saintes !

LA BASILIQUE STE-CROIX-DE-JÉRUSALEM
fut bâtie au IVe siècle pour abriter les reliques de la Passion du Christ rapportées de Terre Sainte par Ste Hélène , mère de l’empereur Constantin. Nous entrons dans l’action de grâce et en communion avec les pèlerins qui nous ont précédés de façon ininterrompue depuis le IVe siècle et avançons jusqu’aux reliques de la Sainte Croix (écriteau « Jésus Christ roi des juifs », des clous…). Le Père Bruno nous précise que « nous entrons dans la passion en 3D, par l’écoute, par les yeux et par notre corps. Immergeons-nous tout entier dans cet amour que Dieu a voulu nous donner en souffrant et mourant pour nous.»

Nous partons alors en procession pour le chemin de croix sur le trajet entre la basilique Ste-Croix-de-Jérusalem et la basilique St-Jean-de-Latran en évoquant à chaque station une méditation de saint ayant vécu dans le sillage de St François qui a été marqué des signes de la passion par les stigmates : Ste Angèle de Foligno, St Antoine de P, St Bonaventure, Ste Claire, St Padre Pio.

1-chemin de croix

Le chemin de croix apparaît comme le lieu où nous contemplons Jésus offrant sa vie pour toute l’humanité, pour chacun.  » Il m’a aimé et s’est livré pour moi » écrira St Paul. Nous saisissons particulièrement cette dimension universelle en cheminant et témoignant au milieu de la ville. « Qui donc est Dieu pour nous aimer ainsi ? Qui donc est Dieu qui tire de sa mort notre naissance ? » Moment fort de recueillement et d’unité au milieu des bruits de la ville !

 

Nous arrivons à la basilique ST-JEAN-DE-LATRAN, 1ère des quatre basiliques romaines.

2-chemin de croix arrivee sur St Jean de Latran 3-chemin de croix arrivee St Jean du latran

 

 

 

 

Elle fait face à la statue de St François d’Assise rappelant l’appel de St Damien « François, répare ma maison » et le songe du pape Innocent III voyant un petit homme en brun soutenir la basilique St-Jean-de-Latran fragilisée. 1ère basilique de la chrétienté construite à Rome grâce à l’empereur Constantin qui donne une existence officielle aux chrétiens.

Elle est la  cObélisque place Saint-Jean Latranathédrale de Rome, et comme c’est rappelé sur le pilier principal : « mère et tête de toutes les églises de la ville et du monde » et c’est à ce titre que l’évêque de Rome, est le Saint Père. Elle fut le siège de la papauté jusqu’au XVe siècle et vit s’y dérouler 5 conclaves ainsi que les fameux Accords de Latran en 1929 entre Mussolini et le Pape fixant le rôle du St Siège sur Rome.

A noter que le chef de l’état français est chanoine du Latran, le seul laïc à l’être !

 

 

Nous franchissons pour la 1ère fois la porte sainte en nous agenouillant et en portant nos intentions et celles qui nous ont été confiées.

4-porte sainte st jean de latran arrivee

 » il nous est demandé un engagement plus radical et d’être des instruments de miséricorde, conscients que nous serons jugés sur cela.. prions pour tous ceux qui traverseront la porte de la miséricorde, afin que nous puissions comprendre et accueillir l’amour infini de notre Père céleste, qui recrée, transforme et réforme le vie » nous rappelle le Pape François.

 

 

 

Le Père Bruno décode l’ampleur de la signification de la porte sainte, « c’est le symbole principal du jubilé : une porte murée toute l’année qui n’est ouverte que lors des jubilés. Le modèle original ce sont les 4 basiliques majeures de Rome (que nous allons toutes visiter !). Franchir des portes, c’est un signe banal ! Il s’agit donc de dédier une porte spéciale pour nous inviter à ne pas rentrer de façon routinière, se rappeler que la porte c’est le Christ, signe de réengagement de notre part.»

5-porte sainte St Jean de latran6-St Jean de latran nef

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Première découverte de la catéchèse romaine, au travers de l’architecture et les décors : les sculptures illustrent combien le nouveau testament vient accomplir l’ancien, comme par exemple Jonas d’un côté, Jésus de l’autre, sortant du tombeau après trois jours. Ou encore au travers des 12 apôtres, vraies « colonnes portantes » de l’Église, porteurs du travail des prophètes, car notre foi repose sur leur témoignage.
En ressortant de la basilique nous en faisons le tour pour nous arrêter devant le baptistère extérieur du IVe siècle dans lequel étaient baptisés tous les chrétiens de Rome une fois par an ! Nous n’avons malheureusement pas le temps d’y pénétrer, mais cet arrêt marque quand même une mémoire pour notre propre baptême et tous les saints baptisés ici auxquels nous devons notre foi.

Après un repas rapide, nous découvrons la BASILIQUE SAINTE-MARIE-MAJEURE consacrée à Marie reconnue officiellement « Mère de Dieu » lors du Concile d’Ephèse en 431. C’est une des plus belles églises de Rome et est remarquable d’équilibre architectural.

9-entrée dans sainte Marie Majeure nef10-pelerins de bon pas devant ste marie majeure

 

 

 

 

 

 

Nous franchissons la 2e porte sainte en nous agenouillant et en étant invité à invoquer Marie Mère de Miséricorde.

7-porte sainte ste marie majeure

 » Nous sommes appelés à nous immerger dans l’amour miséricordieux du Père, avec une pleine confiance et sans aucune crainte ; pouvant repartir avec la certitude que nous aurons à nos côtés la compagnie de Marie » (Pape François)
            
8-Porte sainte Sainte Marie Majeure
Regarde l’étoile, invoque Marie
Si tu la suis, tu ne crains rien !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Direction le Centre Aletti à quelques jets de pierres de Ste Marie Majeure. Nous y avons RV avec le Père Andrej Brozovič, adjoint du Père jésuite Marko Rupnik (slovène) qui dirige le centre depuis 1995 date de sa création à la demande de Jean-Paul II et qui est également l’auteur du dessin du jubilé de la miséricorde. Le centre a pour vocation de rapprocher les cultures slaves et latines.

11-Centre Aletti petite chapelle

C’est le Centre Aletti qui, ayant été retenu pour concevoir l’architecture et la décoration du notre future église  de Montigny/Voisins, travaillera en collaboration avec le cabinet d’architectes français et notre Conseil Paroissial.
Tout d’abord, le Père Andrej tient à nous expliquer -avec beaucoup d’enthousiasme et de conviction la philosophie présidant à leur travail. Il s’agit avant tout d’une petite communauté d’artistes (10 personnes maximum) priante « au souffle de l’esprit ». La fraternité et l’ouverture sont indispensables à leur fonctionnement. Ils tiennent à garder cet esprit garant de la dimension humaine et spirituelle de l’œuvre à venir. C’est un tout petit atelier dans lequel un groupe de chrétiens venant de plusieurs pays et de différentes églises, prie, étudie et travaille ensemble. Ils se nourrissent des échanges avec leur commanditaires afin que ce soit une vraie collaboration.
Nous sommes donc appelés à nous revoir à Montigny pour la présentation prochaine de la maquette de St Joseph le Bien-Veillant.

La journée se termine bien sûr à la Place Navone et avec des explications sur ce que cache la fontaine des 4 fleuves.

12-Place Navone

Les mots du jour : « baptême» ce matin devant le baptistère et « maternité» à Sainte Marie Majeure : de plus en plus émouvants ces témoignages qui nous ouvrent à une dimension et prière universelle !

* Témoignages
« Le plus marquant a été ce chemin de croix très simple, très recueilli et fort alors que d’habitude je ne suis pas très fan des chemins de croix ! Avec les gens qui se signaient sur notre passage ! »

« Le plus beau chemin de croix de ma vie ! Tres priant, touchée de le vivre en famille. Les chants les méditations, les intentions, très beau aussi de prier pour les défunts à la fin de chaque station !

Père François : « Après plusieurs jours de pèlerinage et des journées bien denses, les jeunes sont rentrés dans la démarche du chemin de croix avec une grande disponibilité : de 5ans et demi à 16 ans tous ont saisi la gravité de l’amour du Christ qui est allé jusqu’à la croix pour chacun. »

Saint Pierre et Saint Paul

Annonce du programme : 5h30 lever. 6h15 petit-déjeuner 6h45 dans le car : aucune marge de manœuvre possible ! Objectif messe à 8h à St Pierre. Les bus tournent autour de St Pierre avant de libérer les pèlerins endormis qui finalement apprécieront a posteriori l’heure matinale et les contraintes horaires car nous passerons rapidement la sécurité et serons presque seuls dans St Pierre.

3bis-les pelerins de Montigny-Voisins entrent dans St Pierre
Passage de notre 3è porte sainte avec quand même le recueillement voulu ! et l’entrainement aidant, nos intentions se sont élargies à toute la paroisse et au-delà !

2porte sainte basilique St Pierre

 

Direction chapelle Saint Joseph pour la messe. Saint Joseph ? mais c’est le saint patron de notre future église ! La providence nous précède donc.
Nous avons rarement vu densité aussi grande de nos prêtres dans un si petit espace avec un autel dos au peuple : le Père Bruno est entouré de Frère Eric, le Père Guy, le Père François, le père Arthur (qui a été diacre pendant une année sur notre paroisse avant d’être ordonné en juin 2015 et en études à Rome cette année), un séminariste, Pierre et 7 enfants de chœur : du beau monde pour célébrer la gloire de Dieu !

 

4bis-chapelle st Joseph
4Chapelle Saint Joseph dans la basilique Saint Pierre

 

 

 

 

 

 

Autre moment d’émotion exprimé par le père Bruno : nous sommes à l’endroit même du supplice de Saint Pierre et il annonce l’assassinat hier de 4 sœurs missionnaires de la charité et 12 personnes handicapées dans leur couvent au Yémen, avec en même temps la présence parmi nous de deux sœurs de cette même communauté qui avait été organisée pour rencontrer les enfants et les jeunes dans la matinée.

La messe terminée, nous nous regroupons autour du Père Bruno qui a troqué son aube pour son micro de guide historico-spirituel bien rodé à l’histoire de Rome et de la chrétienté suite à ses études à Rome. Et pour un peu on n’entendrait pas une mouche voler dans St Pierre (ce qui ne sera pas le cas deux heures après où nous expérimenterons la vraie cohue ! ).

6- Notre groupe de pelerins devant la basilique Saint Pierre
Les informations sont claires, limpides et riches (spécialement la pietà de Michel Ange) : il nous fait nous immerger dans l’ambiance et le contexte de la persécution de Pierre, puis nous accompagnons Constantin qui n’hésite pas à araser la colline pour marquer son empreinte avec la première basilique qui ne durera que 1200 ans, car le pape Jules II la fera raser et entreprendra lui aussi des travaux pharaoniques qui dureront plus de 120 ans, usant à la fois 20 papes et plus de 10 architectes.

C’est la plus grande basilique du monde avec 187 m de long, et nous repérons que la cathédrale Notre Dame de Paris y rentre sans problème dans toute sa longueur. La coupole, la plus haute du monde, s’élève à 136 m construite par Michel Ange. Il y a 46 autels ! A noter que parmi toutes les statues qui ornent l’intérieur de la basilique, il n’y a que deux papes et deux femmes, Christine de Suède et Mathilde de Toscane, tous les autres sont des saints de toutes les époques pour manifester que la hiérarchie dans l’église est celle de la sainteté.

3-Entrée dans la basilique Saint-Pierre

La colonnade a été conçue par le Bernin et achevée en 1667 pour exprimer les bras du Christ qui accueillent la foule qui vient à St Pierre. Elle est surplombée de 140 statues qui représentent les saints du ciel. Nous replongeons dans les problématiques de laïcité avec les accords du Latran qui ont donné au pape un vrai état de 44 ha et lui garantir une indépendance totale dans le monde.

Pendant ce temps les enfants et les jeunes, rencontrent, près d’une porte de la basilique, les deux petites sœurs missionnaires de la charité, Sœur Sebastiana et Sœur Clarine que François connait bien. Elles vivent du charisme de mère Teresa qui est le souci des plus pauvres parmi les pauvres.
Ce qui a attiré Sœur Clarine qui était postulante chez les Clarisses ? Elle a senti le besoin d’aller au plus près des pauvres et de les « toucher ».
Un enfant leur demande si elles ont été témoins de miracles ? « Oui, un jour qu’à Calcutta elles n’avaient plus rien à manger ni à donner aux 5 Le père François, les 2 soeurs et les enfantspauvres, un camion s’est présenté, rempli de vivres pour nourrir tous les enfants dont elles avaient la charge. Ce camion était destiné à une école qui ce jour-là était fermée, et il s’est retrouvé là de façon providentielle ! »

 

Une des jeunes demande aussi : « mais si vous vous occupez des pauvres et qu’ils ne parlent pas la même langue, comment vous faites pour communiquer avec eux ?
« – le langage de l’amour est universel. » Elle cite un exemple :  « à Calcutta, deux femmes se battaient dans un dortoir, et la sœur est arrivée avec un oreiller et a commencé à taper sur elles pour rigoler, elles sont toutes les trois parties d’un éclat de rire et se sont réconciliées ! »
Les enfants ont été très touchés car elles leur ont offert des cadeaux : des chocolats, une image de mère Teresa et une médaille.

Oui, mais tout ça ouvre l’appétit. Hop ! direction le restaurant, au pas de charge toujours. Et Cette fois pas de pâtes. Mais des antipasti comme s’il en pleuvait, à un rythme soutenu : au moins une dizaine de plats ! Régal général.

Dernière étape et non des moindres : le 2è et ultime point de la ligne Saint Pierre-Saint Paul annoncée par la Père Bruno : la basilique Saint-Paul-hors-les-murs dans laquelle fut annoncée la convocation du Concile Vatican II par Jean XXIII.

7St Paul Hors les Murs

Nous nous recueillons devant la tombe de l’apôtre Paul de l’envoi en mission avant de visiter le cloitre du XIe siècle, seul vestige de la basilique de Constantin détruite par un incendie en 1823 et reconstruite au même emplacement.

8 pele dans St Paul hors les murs11 Saint-Paul hors les murs-Nef

 

 

 

 

 

Puis notre dernière prière clôture notre pèlerinage mais pas notre mission… En tout cas, entendons les conseils du Père Bruno « prenons le temps, comme Paul, de nous émerveiller, de repérer toutes les grâces dans nos vies, sachons nous reconnaître fruit de la miséricorde, et demandons de pouvoir préserver la grâce d’unité que nous avons goûtée tous ensemble qui fonde une créativité missionnaire renouvelée ».

9 porte sainte st Paul hors les murs10 porte sainte St Paul hors les murs

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Témoignages :

« Avant le départ pour Assise et Rome, j’avais en tête l’image d’un gentil Saint François, doux rêveur, révolté contre son père, mais après tout un charmant garçon qui parlait aux oiseaux et aux loups ! Sainte Claire n’était pas mieux lotie, la jeune fille aux lys entourée de jeunes filles de bonne famille d’Assise venues la rejoindre par goût de l’aventure. En fait j’ai découvert des personnages d’un caractère bien trempé, l’un ayant impressionné l’autre par son prêche à l’église saint Ruffin.

La vitalité qu’ils ont mise en pratique s’est révélée force d’attraction à des nombreux croyants qui désiraient vivre l’Évangile, rien que l’Évangile mais tout l’Évangile. Cette envie de vivre l’Évangile de cette manière m’a vraiment touchée. Cette énergie, cette sincérité, cette simplicité et cet enthousiasme m’ont en quelque sorte soulagée d’un poids (car j’avais auparavant l’impression que ce n’était pas si simple) et une sorte d’envie de vivre mon quotidien différemment m’envahit. Je me donnais surement trop d’obligations inutiles. C’est peut-être l’effet pèlerinage, qui sait ! Mais au retour je ferai mienne cette demande des vêpres de mercredi « achève en moi ton ouvrage  Seigneur », car ta parole m’a modelée petit à petit cette semaine et me pousse en avant, merci Seigneur ! »

Et laissons le dernier mot à (notre) François :

1Le nouveau Francois de Rome -le notre« Ma joie dans ce pèlerinage, c’était la paroisse, les rencontres de tous âges  les relations fraternelles, l’attention aux plus fragiles, la bonne humeur, la nourriture spirituelle donnée par nos pasteurs : tout cela a fait la force et la beauté du pèlerinage. Cela m’a vivifie dans l’amour de l’Église incarné par notre paroisse, les saints du ciel marchant à nos côtés et chacun portant dans sa prière des défunts ou des intentions.

 

 

 

Mille Mercis à tous ceux qui ont participé directement ou plus indirectement à la rédaction de ce blog pour la paroisse, soit par leurs contributions d’écriture, par leurs témoignages, par les photos, par les idées d’inspiration, par leurs soutiens, par les conseils techniques pour assurer malgré tout des connexions difficiles, ou par les nuits raccourcies, et merci surtout à ceux qui ont organisé ce pèlerinage et l’ont animé pour qu’il nous nourrisse autant ! Merci Seigneur !

12 nos gentils et competents organisateurs

Et voilà l’ode de départ à l’aéroport sur l’air de ….

Ode de depart-pele2016

13 un capucin et sa capuche

 

Related News

Comments are closed.